Bibliographie sélective

Guilhem Armand

Citer cet article

Référence électronique

Guilhem Armand, « Bibliographie sélective », Tropics [En ligne], 13 | 2023, mis en ligne le 01 juillet 2023, consulté le 17 juin 2024. URL : https://tropics.univ-reunion.fr/2494

Mots-clés

Armand (Guilhem)

Avertissement

Cette bibliographie se divise en deux parties : la seconde rassemble les études importantes sur la gastronomie réunissant des approches principalement historiques, littéraires et philosophiques, mais aussi des travaux plus ponctuels qui entrent en résonance avec les articles du présent volume. La première partie porte quant à elle sur ce que l’on appellera de façon commode la « littérature gastronomique », quoique l’adjectif ne soit pas attesté avant le tout début du XIXe siècle. Laissant à contre-cœur de côté les Rouff et Curnonsky, même le grand Auguste Escoffier1, elle se concentre sur les publications antérieures à 1900, puisqu’à partir de cette date, ouvrages et articles deviennent innombrables. Par « littérature gastronomique », nous entendons ici tout ce qui a trait à l’art culinaire, en présentant un peu plus de manuels pour l’époque moderne2 que pour l’ère romantique, ainsi que des ouvrages plus « littéraires » (romans, poésies, pièces de théâtre), sélectionnés pour l’importance qu’ils accordent manifestement à ce sujet : de la figure du mangeur à l’art de la table, de la mise en scène du festin à la question de la faim. Cette sélection ne prend donc pas en compte les grands romans de Balzac, Dumas, Flaubert ou Zola, par exemple, où l’on trouve de remarquables scènes de repas et de frappants portraits de mangeurs ou d’affamés (mais cette littérature a été abondamment traitée par la critique, comme en témoigne la seconde partie de la bibliographie) ; elle laisse donc aussi de côté certains personnages intéressants comme les descendants du Gnathon de La Bruyère, ou comme les héritiers – si l’on peut dire – de Montmaur, à savoir les écornifleurs du roman réaliste du XIXe siècle3. Au XIXe siècle, se multiplient, comme des petits pains, journaux et chansonniers4, gazettes de gourmands comme Le Gourmet, Journal des intérêts gastronomiques, dirigé par Charles Monselet, auquel participe notamment Théophile Gautier : impossible de tous les citer.

1 S’il a bien écrit ses Mémoires d'un cuisinier de l’Armée du Rhin en 1883 et un Traité sur L'art de Travailler les Fleurs en cire en 1886, ses

2 Là encore, point d’exhaustivité : de 1650 à 1700, 75 manuels culinaires paraissent en France, de 1700 à la Révolution, on en compte 155, selon Alain

3 Voir, par exemple : Stéphane GOUGELMAN, « Une société d’écornifleurs », dans Reverzy Éléonore et MARQUER Bertrand (dir.), La cuisine de l’œuvre au

4 En 1807, on remarque un Chansonnier du gastronome qui réunit la verve héroïcomique et la légèreté anacréontique à l’hommage rendu à Berchoux

5 Il existe aussi une édition des Écrits gastronomiques de Grimod, réunissant ces deux ouvrages, établie par Jean-Claude Bonnet, chez UGE, « 10/18 »

Littérature gastronomique antérieure à 1900

ANONYME, Essai sur la préparation des aliments, Paris, Onfroy, 1782.

ANONYME, Le Cuisinier gascon, Amsterdam, 1740.

ANONYME, Le Mesnagier de Paris [1393], Paris, LGF, « Le Livre de poche », « Lettres gothiques », 1994.

ANONYME, Le Petit Cuisinier économe, Paris, Janet, 1796.

ANONYME, Manuel de la friandise, Paris, Janet, 1797.

ARAGO Jacques, Comme on dîne à Paris, Paris, Berquet et Pétion, 1842.

ARAGO Jacques, Comme on dîne partout, Paris, Bohaire, 1842.

ATHÉNÉE, Les Deipnosophistes, trad. A.-M. Desrousseaux avec le concours de Charles Astruc, Paris, Les Belles Lettres, 1956.

BALZAC Honoré de, Traité des excitants modernes, Paris, éditions du Boucher, 2002.

BEAUVILLIERS Antoine, L’Art de cuisiner, Paris, Pilet, 1814.

BERCHOUX Joseph, La Gastronomie ou l’Homme des Champs à table, Paris, Guiguet, 1801.

BERCHOUX Joseph, Gastronomy, or the bon vivant’s guide, London, 1810.

BOILEAU, Nicolas Despréaux dit, « Satire III » (« le souper ridicule »), dans Satires, Épîtres, Art poétique, Paris, Gallimard, « Poésie », 1985, p. 75-81.

BOUTON Victor, La Table à Paris : mystères des restaurants, cafés et comestibles : promenades d’un friand à travers les rues de la capitale, Paris, V. Bouton, 1845.

BRIFFAULT Eugène, Paris à table, Paris, Les romans du jour illustrés, 1851.

BRILLAT-SAVARIN, Anthelme, Physiologie du Goût [ou Méditations de Gastronomie Transcendante ; ouvrage théorique, historique et à l'ordre du jour, dédié aux Gastronomes parisiens, par un Professeur, membre de plusieurs sociétés littéraires et savantes – 1825], Paris, Flammarion, « Champs », 2009.

BUC’HOZ, J.-P., L’Art de préparer les aliments, Paris, chez l’auteur, 1787.

CADET DE GASSICOURT Charles-Louis, Cours gastronomique, ou les Dîners de Manant-ville. Ouvrage anecdotique, philosophique et littéraire, Paris, Capelle et Renand, 1809.

CARÊME Marie-Antonin, Le Pâtissier royal parisien, traité élémentaire et pratique orné de quarante et une planches par l'auteur, Paris, Dentu, 1815.

CARÊME Marie-Antonin, L’Art de la cuisine au XIXe siècle ou traité élémentaire des bouillons en gras et en maigre, des essences, fumets, des potages français et étrangers, grosses pièces de poisson, des grandes et petites sauces, des ragoûts et des garnitures, grosses pièces de boucherie, de jambon, de volaille et de gibier, suivi des dissertations culinaires et gastronomiques utiles au progrès de cet art [1828/1833], rééd. Paris, Menu-Fretin, 2015.

COLL. Le Chansonnier du gastronome, Paris, chez les principaux restaurateurs, 1807.

COLLOMBET, F.-Z., Notice biographique et littéraire sur Joseph de Berchoux, avec portrait, Lyon, imprimerie de Pitrat, 1841.

COLNET DU RAVEL Charles-Joseph, L'art de dîner en ville, à l'usage des gens de lettres : poème en IV chants ; suivi de La biographie des auteurs morts de faim ; Parasite mormon ; Salmis de vers et de prose, Paris, Delahays, 1861.

DELCOURT Pierre, Ce qu’on mange à Paris, Paris, Librairie illustrée, 1889.

DELVAU Alfred, Histoire anecdotique des cafés et cabarets de Paris, Paris, Dentu, 1862.

DUBOIS Urbain, La Cuisine de tous les pays, Paris, Dentu, 1868.

DUBOIS Urbain et BERNARD Émile, La Cuisine classique. Études pratiques, raisonnées et démonstratives de l’école française appliquée au service à la Russe, Paris, chez les auteurs, 1856.

DUMAS Alexandre, Grand Dictionnaire de cuisine, Paris, Phébus, 2000.

FAVRE Joseph, Dictionnaire universel de cuisine et d’hygiène alimentaire. Modifications de l’homme par l’alimentation, Paris, Les Libraires, 1889-1891.

FOS Léon de, Gastonomiana. Proverbes, aphorismes, préceptes et anecdotes en vers, Paris, Rouquette, 1870.

FOURRIER François-Marie-Charles, Théorie des quatre mouvements et des destinées générales : prospectus et annonce de la découverte, Leipzig, 1808, p. 220-239 (sur la gastrosophie).

FRANCE Anatole, La Rôtisserie de la reine Pédauque, Paris, Calmann Lévy, 1893 [rééd. Gallimard, 1989].

FRÉDÉRIC II, Épître au sieur Noël maître d'hôtel par l'Empereur de la Chine, Potsdam (avec l’adresse fictive de « Pékin ») en 1772.

GARDETON César, Nouveau guide des dîneurs, Paris, Breauté, 1828.

GAUTIER Théophile, Caprices et zig-zags, Paris, Charpentier, 1884 [1845].

GILLIERS, Le Cannaméliste français, Nancy, Cusson, 1751.

GOURIET Jean-Baptiste, Anti-Gastronomie, ou l’Homme de ville sortant de table, poème en quatre chants ; manuscrit trouvé dans un pâté, et augmenté de remarques importantes, Paris, Hubert et comp., in-18, 1806.

GRIMAUD Jean-Charles, Mémoire sur la nutrition, Paris, 1687.

GRIMOD DE LA REYNIÈRE Alexandre Balthazar Laurent, Almanach des gourmands, Paris, Maradan, 1803-1812.

GRIMOD DE LA REYNIÈRE Alexandre Balthazar Laurent, Manuel des Amphytrions [1808], Paris, Métailié, 19835.

LA CHAPELLE Vincent, Le Cuisinier moderne, La Haye, De Groot, 1735 [1re éd. 1733 en anglais].

La Nouvelle Cuisine, t. 3, Paris, chez Joseph Saugrain, 1742.

LA VARENNE François Pierre de, Le Cuisinier françois, enseignant la maniere de bien apprester & assaisonner toutes sortes de viandes, grasses & maigres, legumes, & patisseries en perfection, &c. Reveu, corrigé, & augmenté d'un traitté de confitures seiches & liquides, & autres delicatesses de bouche. Ensemble d'une table alphabetique des matieres qui sont traittées dans tout le livre, Lyon, chez Jacques Canier, 1651.

LE COINTE Jourdan, La Cuisine de santé, Paris, Briand, 1790.

LEBAS, J., Le Festin joyeux, ou La Cuisine en musique en vers libres, Paris, Lesclapart père et fils, 1738.

LEGRAND D’AUSSY, Histoire de la vie privée des Français, Paris, Ph D. Pierres, 1782 – Paris, Sens édition, 1989.

LEMERY Louis, Traité des aliments, Paris, Witte, 1702.

L.S.R. [Le Sieur Robert], L’Art de bien traiter. Divisé en trois parties. Ouvrage nouveau, curieux et fort galant utile à toutes personnes et conditions, Lyon, Claude Bachelu, 1693.

MACÉ Jean, Histoire d’une bouchée de pain, Paris, Hetzel, « Bibliothèque d’éducation et de récréation », 1861.

MARIN François, Suite des dons de Comus, Paris, Pissot, 1742.

MARIN François, Les Dons de Comus, Paris, Prault, 1739 – 2nde édition augmentée, chez Pissot, 1758.

MASSIALOT, Le Cuisinier royal et bourgeois, Paris, De Sercy, 1691.

MENNEL Stephen (éd.), Lettres d’un pâtissier anglais et autres contributions à une polémique gastronomique du XVIIIe siècle, Exeter University, 1981.

MENON, La Cuisinière bourgeoise, Bruxelles, chez François Foppens, 1746.

MENON, La Science du maître d’hôtel cuisinier, Paris, chez Paulus du Mesnil, 1749.

MENON, Les Soupers de la cour, Paris, Guillyn, 1755.

MENON, Manuel des officiers de bouche ou Le Précis de tous les apprêts que l'on peut faire des aliments pour servir toutes les tables, Paris, Le Clerc, 1759.

MENON, Traité historique et pratique de la cuisine, Paris, Blauche, 1758.

MÉRIGOT [Mme], La Cuisinière républicaine, Paris, Mérigot jeune, an III.

MONSELET Charles, La Cuisinière poétique, Leipzig, Alph. Durr., 1859.

MONSELET Charles, Le Triple Almanach gourmand, 6 vol., Paris, Librairie du Petit Journal, 1862-1870.

MONSELET Charles, Gastronomie, récits de table, Paris, Charpentier, 1874.

MONSELET Charles, Lettres gourmandes, manuel de l'homme à table, Paris, E. Dentu, 1877.

MURET, Traité des festins, Paris, Desprez, 1682.

MUSSET Alfred de, Un Souper chez mademoiselle Rachel [1839], in Œuvres complètes, vol. X « Œuvres posthumes », Paris, Lemerre, 1876, p. 56-70.

OURRY Maurice (1776-1843), Le Nouveau Caveau pour 1819. Choix des meilleures chansons, la plupart inédites, des membres du Caveau moderne et des soupers de Momus, Paris, chez Alexis Aymery, 1819.

PARMENTIER, Antoine Augustin, L’examen chimique de la pomme de terre, Paris, Didot le jeune, 1773.

Platine, De Honesta Voluptate, slnd [env. 1474].

PLUTARQUE, Vie de Lucullus, XXXIX-XLI.

PLUTARQUE, Manger la chair : Traité sur les animaux, traduction d'Amyot, Préface de Serge Margel, Paris, Rivages poche / Petite Bibliothèque, 2002.

PONCELET Polycarpe, Chimie du goût et de l’odorat, Paris, Le Mercier, 1755.

RABELAIS François, Gargantua, Paris, Flammarion, « GF », 2007.

S.C.C.M. [S. C. Croze-Magnan], Le Gastronome à Paris. Épître à l’auteur de La Gastronomie ou l’Homme des champs à table, Paris, de l’Imprimerie de Suret, An XI – 1803.

Schook Martin, Dissertatio de ovo et pullo, Utrecht, 1643.

Schook Martin, Tractatus de Butyro. Accessit diatriba de aversione casei, Groningue, 1658.

Serres Olivier de, Le Théâtre d’agriculture et ménage des champs [Paris, Métayer, 1600], Arles, Actes Sud, « Thesaurus », 2001.

Scribe Eugène et Mazères Edouard, Vatel ou le petit-fils d’un grand homme [1825], Lyon, Dupont, 1827.

Scribe Eugène, Le Gastronome sans argent, Paris, Bezou, 1825.

Sévigné Mme de, Lettre à Mme de Grignan, du 26 avril 1671 (sur la mort de Vatel).

Sue Eugène, Les Sept Péchés capitaux, vol. VII « La Gourmandise : Le docteur Gasterini », Paris, Voisvenel, 1847.

Tissot Samuel, De la santé des gens de lettres, Lausanne, Grasset, 1768.

Verdot C., Historiographie de la table, ou Abrégé historique, philosophique, anecdotique et littéraire des substances alimentaires et des objets qui leur sont relatifs, des principales fêtes, mœurs, usages et coutumes de tous les peuples anciens et modernes, Paris, chez l’auteur, 1833.

Villiers de L’isle-Adam Auguste de, « Le plus beau dîner du monde », Contes cruels [1883], Paris, Flammarion, « GF », 1980, p. 191-198.

Voltaire, Le Mondain, in Mélanges, Jacques Van Den Heuvel (éd.), Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade », 1961.

Anthologies

Améro Justin (éd.), Les Classiques de la table, 2 t., Paris, Firmin Didot Frères, 1855.

Di Folco Philippe (éd.), Les Plus Belles Pages de la littérature gourmande. De François Rabelais à Marcel Proust, Paris, Eyrolles, 2012.

Ly Maguy et Masson Corinne (éd.), Festins et ripailles, Paris, Au Chêne, « Esprit XVIIIe », 2011.

Stengel Kilien (éd.), Les Poètes de la bonne chère, anthologie de poésie gastronomique, éditions de la Table ronde, « Petite Vermillon », 2008.

Études critiques (historiques et littéraires) postérieures à 1900

Andriès Lise, « Cuisine et littérature populaire », Dix-huitième siècle, n°15, 1983. Aliments et cuisine, p. 33-52.

Armand Guilhem, « Champagne ! science, apologétique chrétienne et discours du plaisir chez l’abbé Pluche », Journée de l’Ancien Régime 2022, Travaux & Documents, n°59, mai 2023, p. 61-71.

Armand Guilhem, « La gastronomie comme savoir : fondation et remise en question chez Joseph Berchoux », Le goût au XVIIIe siècle : une science possible ?, Armand Guilhem et Sempère Emmanuelle (dir.), Revue Internationale d’études sur le Dix-huitième Siècle, vol. 6, 2023.

Armand Guilhem, « Science culinaire et patrimoine national au XVIIIe siècle », Le Patrimoine en bouche. Nouveaux appétits, nouvelles mythologies, Brodziak Sylvie et Catellin Sylvie (dir.), L’Harmattan, « Questions alimentaires et gastronomiques », 2016, p. 21-44.

Aron Jean-Paul, Essai sur la sensibilité alimentaire à Paris au XIXe siècle, Cahiers des Annales, n°25, Armand Colin, 1967.

Aron Paul (dir.), Les Mots de la faim : les écrivains et la nourriture, Bruxelles, Le Cri, 2003.

Assouly Olivier, Philosophie du goût. Manger, digérer et jouir, Paris, Pocket, « Agora », 2019.

Baecque Antoine de, La France gastronome. Comment le restaurant est entré dans notre histoire ?, Paris, Petite Bibliothèque Payot, « Histoire », 2019.

Bart Jean et Wahl Élisabeth (dir.), Le Vin, revue Dix-huitième Siècle, n°29, 1997.

Barthes Roland, « Lecture de Brillat-Savarin », Le Bruissement de la langue, Seuil, « Points essais », 1984.

Baudrier Andrée-Jeanne (dir.), Le Roman et la nourriture, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2003.

Becker Karin et Leplatre Olivier (dir.), Écritures du repas. Fragments d’un discours gastronomique, Berne-Francfort-New York, Peter Lang, 2007.

Becker Karin, Gastronomie et littérature en France au XIXe siècle, Paris, Paradigme, 2017.

Bonnet Jean-Claude, « Le système de la cuisine et du repas chez Rousseau », Poétique, 22 (1974), p. 244-264.

Bonnet Jean-Claude, « Carême ou les derniers feux de la cuisine décorative », Romantisme, 1977, n°17, p. 23-43.

Bonnet Jean-Claude, La Gourmandise et la faim. Histoire et symbolique de l'aliment (1730-1830), Paris, LGF, 2015.

Bonnet Jean-Claude (dir.), Dix-huitième siècle, Aliments et cuisine, n°15, 1983.

Boussel Patrice, Les Restaurants dans la Comédie humaine, Paris, éd. de la Tournelle, 1950.

Brown, J.W., Fictional Meals and their Function in the French Novel 1789-1848, Toronto, University of Toronto Press, 1984.

Casati-Brochier François, La Gastronomie de Berchoux et la région lyonnaise, ou la salle à manger refuge, Lyon, éditions Bellier, 1994.

Certeau Michel de, L’Invention du quotidien, Paris, Gallimard, 1990.

Charbonneau Fréderic, L’école de la gourmandise de Louis XIV à la Révolution, Paris, Desjonquères, « L’esprit des lettres », 2008.

Chelebourg Christian, Jules Verne, l’œil et le ventre. Une poétique du sujet, Paris, Classiques Garnier, « Bibliothèque des lettres modernes », 2021 [2000].

Chevrier Francis, Notre Gastronomie est une culture, Paris, François Bourin Éditeur, 2011.

Cohen Évelyne et Csergo Julia, « L’Artification du culinaire », Sociétés & Représentations, 2012/2 n°34, p. 7-11.

Corbeau Jean-Pierre (dir.), Nourrir de plaisir : régression, transgression, transmission, régulation ?, actes du colloque de l’Université François Rabelais, Tours 3-5 avril 2008, Paris, CIDIL, 2008.

Corbin Alain, Le Miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social. XVIIIe-XIXe siècles, Paris, Flammarion, « Champs », 1986.

Cotoni Marie-Hélène (dir.), Nourritures et écriture, Nice, Université de Nice, t. I 1999, t. II 2000.

Csergo Julia et Lemasson Jean-Pierre (dir.), Voyages en gastronomie : l’invention des capitales et des régions gourmandes, Paris, Autrement, 2008.

Csergo Julia, « "L'art culinaire ou l'insaisissable beauté d'un art qui se dérobe" Quelques jalons (XVIIIe-XXIe siècle) », Sociétés & Représentations, 2012/2 n°34, p. 13-36.

Csergo Julia, La Gastronomie est-elle une marchandise culturelle comme une autre ? – La Gastronomie française à l’UNESCO : histoire et enjeux, Paris, Menu Fretin, 2016.

DÉMORIS René, « Chardin, la cuisine en peinture », Dix-Huitième Siècle, n°14, 1983, p. 137-154.

DÉMORIS René, Chardin, la chair et l’objet, Paris, Adam Biro, 1991.

Elias Norbert, La Civilisation des mœurs, Paris, Calman-Lévy, 1983.

FERRIÈRES Madeleine, Histoire des peurs alimentaires du Moyen-Âge à l’aube du XXe siècle, Paris, Le Seuil, « Points Histoire », 2002.

FIGEAC Michel, « Les pratiques alimentaires de la noblesse provinciale à la fin du règne de Louis XIV : l'exemple de la Guyenne », Dix-septième siècle, 2002/4 n°217, p. 643-654.

FINK Béatrice, « Controverses culinaires franco-anglaises », Critique, 2004/6, n°685-686, p. 560-568.

FINK Béatrice, « L’Avènement de la pomme de Terre », Dix-huitième siècle, Jean-Claude Bonnet (dir.), Aliments et cuisine, n°15, 1983, p. 19-27).

FINK Béatrice, Les Liaisons savoureuses. Réflexions et pratiques culinaires au dix-huitième siècle, Publications de l’Université de Saint-Etienne, « Lire le Dix-huitième siècle », 1995.

FLANDRIN Jean-Louis et MONTANARI Misso (dir.), Histoire de l’alimentation, Paris, Fayard, 1996.

FLANDRIN Jean-Louis, « La diversité des goûts et des pratiques alimentaires en Europe du XVIe au XVIIIe siècle », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, Janvier-mars 1983, t. XXX, p. 66-83.

FLANDRIN Jean-Louis, L’Ordre des mets, Paris, Odile Jacob, 2002.

GAILLARD Aurélia, « La Gourmandise des Lumières : un art de la bouche », Lumières n°11, 1er semestre 2008, p. 29-42.

GAUTSCHI-LANZ Catherine, Le Roman à table. Nourritures et repas imaginaires dans le roman français 1850-1900, Genève, Slatkine érudition, 2006.

GIRARD Alain, « Le Triomphe de la cuisinière bourgeoise », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, XXIV, p. 497-523.

HYMAN Philip et Mary, « Les cuisines régionales à travers des livres de recettes », Dix-huitième siècle, Jean-Claude Bonnet (dir.), Aliments et cuisine, n°15, 1983, p. 65-74.

JEANNERET Michel, Des mets et des mots. Banquets et propos de table à la Renaissance, Paris, José Corti, 1987.

KAËS Emmanuelle, « Claudel et l’oralité ou "la rumination de la bouchée intelligible" », Versants, Revue Suisse des littératures romanes, 1996,
https://books.openedition.org/septentrion/9267

KNABE Peter-Eckhard, « Esthétique et art culinaire », Dix-Huitième Siècle, n°15, 1983, p. 125-136.

LANGER Ulrich, « Le Plaisir littéraire au XVIe siècle : jalons d’une approche philosophique », Hédonismes- Penser et dire le plaisir dans l’Antiquité et à la Renaissance, Presses universitaires du Septentrion,
https://books.openedition.org/septentrion/9294?lang=fr

LARUE Renan, Le Végétarisme des Lumières. L’abstinence de viande dans la France du XVIIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2019.

LAURIOUX Bruno, Gastronomie, humanisme et société à Rome au milieu du XVe siècle. Autour du De honesta voluptate de Platina, Florence, SISMEL – Edizioni del Galluzzo, 2006.

LEHMAN Gilly, « L’élégance et l’économie : les contradictions des plaisirs de la table en Angleterre au XVIIIe siècle », Lumière n°11, p. 123-138.

LEHMAN Gilly, « Les Cuisiniers anglais face à la cuisine française », Dix-huitième siècle, Jean-Claude Bonnet (dir.), Aliments et cuisine, n°15, 1983, p. 75-85.

LÉVI-STRAUSS Claude, L’Origine des manières de table, Paris, Plon, 1968.

MARQUER Bertrand (dir.), « Dis-moi ce tu manges, je te dirai ce que tu es », Fictions identitaires, fictions alimentaires, Presses Universitaires de Strasbourg, coll. « Configurations littéraires », 2020.

MARQUER Bertrand (dir.), Allégories de l'estomac au XIXe siècle Littérature, art, philosophie, Presses Universitaires de Strasbourg, coll. « Configurations littéraires », 2020.

MARQUER Bertrand (dir.), Romantisme, n°186 (4/2019), « La Gourmandise ».

MARQUER Bertrand, L'Autre Siècle de Messer Gaster ? Physiologies de l'estomac dans la littérature du XIXe siècle, Paris, éditions Hermann, « Hors collection », 2017.

MENJOT Denis (dir.), Manger et Boire au Moyen-Âge, Actes du colloque de Nice, 1982, 2 vol., Paris, Les Belles Lettres, 1984.

MERVAUD Christiane, « La Gourmandise contrariée de Voltaire », Lumières n°11, 1er semestre 2008, p. 78.

MERVAUD Christiane, Voltaire à table. Plaisirs du corps, plaisirs de l’esprit, Paris, Desjonquères, 1998.

MEYZIE Philippe, « La Noblesse provinciale à table : les dépenses alimentaires de Marie-Joséphine de Galatheau (Bordeaux, 1754-1763) », Revue d'histoire moderne et contemporaine, 2007/2 n°54-2, p. 32-54 ;

MEYZIE Philippe, « La Gourmandise des provinces françaises au siècle des Lumières », Lumières n°11, Meyzie Ph. (dir.), La gourmandise entre péché et plaisir, p. 105-122.

MONTANDON Alain, La Cuisine de Théophile Gautier, Paris, Alternatives, 2010.

ONFRAY Michel, La Raison gourmande, Paris, Grasset et Fasquelle, « Figures », 1995.

ORY Pascal, Le Discours gastronomique français, des origines à nos jours, Paris, Gallimard/Julliard, « Archives », 1998.

PASTOUREAU Michel, Verroust Jacques et Buren Raymond (dir.), Le Cochon. Histoire, symbolique, cuisine, Paris, Sang de la terre, 1987.

PITTE Jean-Robert, Gastronomie française. Histoire et géographie d'une passion, Paris, Fayard, 1991.

POULET Françoise, « Le Pédant parasite et glouton : du type littéraire ridicule à l’incarnation d’une figure moderne de la monstruosité », in BARBAFIERI Carine et CIVARDI Jean-Marc (dir.), L’Affaire Pierre de Montmaur, actes du colloque organisé à Paris les 14-15 juin 2013, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, 2021.

QUELLIER Florent, « Le discours sur la richesse des terroirs au XVIIe siècle et les prémices de la gastronomie française », Dix-septième siècle, 2012/1 n°254, p. 141-154.

QUELLIER Florent, « Casuistique et gourmandise. Le cas de conscience du péché de gourmandise au XVIIIe siècle », Lumières. La gourmandise entre péché et plaisir, n°11, 1er semestre 2008, p. 57-72.

QUELLIER Florent, Gourmandise. Histoire d’un péché capital, Paris, Armand Colin, [2010] 2013.

RAMBOURG Patrick, « La "nouvelle cuisine" des Lumières », L'Histoire 12/2008 (n°337), p. 79.

RAMBOURG Patrick, « Des métiers de bouche à la naissance du restaurant : l’affirmation de Paris comme capitale gastronomique (XVIe-XVIIIe siècle) », dans Les Histoires de Paris (XVIe-XVIIIe siècle), T. II, Belleguic Thierry et Turcot Laurent (dir.), Paris, Hermann, 2013, p. 185-197.

RAMBOURG Patrick, Histoire de la cuisine et de la gastronomie françaises, Paris, Perrin, « Tempus », 2010.

REVEL Jean-François, Un Festin en paroles. Histoire littéraire de la sensibilité gastronomique de l’Antiquité à nos jours, Paris, Jean-Jacques Pauvert, 1979 [rééd. et aug. Tallandier, « texto », 2007].

REVERZY Éléonore et MARQUER Bertrand (dir.), La cuisine de l’œuvre au XIXe siècle. Regards d’artistes et d’écrivains, Presses Universitaires de Strasbourg, « Configurations littéraires », 2013.

RICHARD Jean-Pierre, « Le Texte et sa cuisine », Microlectures, Paris, Le Seuil, 1979, p. 135-148.

ROCHE Daniel, Histoire des choses banales. Naissance de la consommation, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Fayard, 1997.

SICOTTE Geneviève, Le Festin lu. Le Repas chez Flaubert, Zola et Huysmans, Montréal, Liber, « petite collection », 2008.

SIMHA Suzanne, Du Goût. De Montesquieu à Brillat-Savarin, Paris, Hermann, « philosophie », 2012.

STENGEL Kilien, Gastronomie-Gastrosophie-Gastronomisme, Paris, L’Harmattan, 2011.

VASSEUR Jean-Marc, Jean-Jacques Rousseau dans son assiette. Les plaisirs de la table au temps des Lumières, Paris, Lettres actives, 2012.

1 S’il a bien écrit ses Mémoires d'un cuisinier de l’Armée du Rhin en 1883 et un Traité sur L'art de Travailler les Fleurs en cire en 1886, ses ouvrages marquants sur l’art culinaire paraîtront à partir de 1903.

2 Là encore, point d’exhaustivité : de 1650 à 1700, 75 manuels culinaires paraissent en France, de 1700 à la Révolution, on en compte 155, selon Alain Girard, cité par Béatrice Fink, Les Liaisons savoureuses. Réflexions et pratiques culinaires au dix-huitième siècle, Publications de l’Université de Saint-Etienne, « Lire le Dix-huitième siècle », 1995, p. 8.

3 Voir, par exemple : Stéphane GOUGELMAN, « Une société d’écornifleurs », dans Reverzy Éléonore et MARQUER Bertrand (dir.), La cuisine de l’œuvre au XIXe siècle. Regards d’artistes et d’écrivains, Presses Universitaires de Strasbourg, « Configurations littéraires », 2013 p. 129-143.

4 En 1807, on remarque un Chansonnier du gastronome qui réunit la verve héroïcomique et la légèreté anacréontique à l’hommage rendu à Berchoux, premier « gastronome » en poésie du siècle. À en croire la page de titre, il serait édité (en fait vendu) « chez les meilleurs restaurants », soulignant par là une forme de promotion très ciblée. En 1815, Le Dessert du gastronome relève de la même veine. Petits et grands romantiques participent de cette vogue qui allie chanson et bonne chère sous le signe de la joie : un autre Chansonnier du gastronome paraît en série à partir de 1831, diffusé par le Bureau du Gastronome, sis rue de l’Odéon, au n°38, avec des textes de Paul Lacroix ou de Victor Hugo. Les sociétés gourmandes, comme la Société du Caveau, font paraître leurs recueils (par exemple, Le Nouveau Caveau pour 1819. Choix des meilleures chansons, la plupart inédites, des membres du Caveau moderne et des soupers de Momus, publiées par M. Ourry, Paris, chez Alexis Aymery, 1819).

5 Il existe aussi une édition des Écrits gastronomiques de Grimod, réunissant ces deux ouvrages, établie par Jean-Claude Bonnet, chez UGE, « 10/18 », 1997.

Guilhem Armand

Guilhem Armand est maître de Conférences HDR à l’Université de La Réunion, spécialiste de la période moderne et en particulier des rapports entre fiction et savoirs, il a notamment publié Les Fictions à vocation scientifique, de Cyrano de Bergerac à Diderot (PU. Bordeaux, Mirabilia, 2013), Le Père, le fils et Diderot (Champion, 2023) et de nombreux dossiers et articles sur les auteurs des Lumières.

Articles du même auteur