Hors-Série n°2 : "Bonheur et mièvrerie – Dire le bonheur : gageure littéraire ?"

I- Des Lumières aux lendemains de la Révolution : bonheurs et détours

Guilhem Armand
Savoir et bonheur au siècle des Lumières : tensions et intentions

Colas Duflo
Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ? Les morales eudémonistes du roman libertin à ambition philosophique

Jean-Michel Racault
"Littérature mièvre" contre "littérature féroce" : Bernardin de Saint-Pierre et Sade romanciers des infortunes de la vertu

Carpanin Marimoutou
La Révolution comme prologue au bonheur : une lecture d’Ourika de Claire de Duras

 

II- Bonheur comptant pour rien ? les ambiguïtés du contemporain

Yann Mével
(Ré)inventer le bonheur après Beckett

Noro Rakotobe D’Alberto
Ce que chacun voit et nomme "bonheur" selon Nathalie Sarraute

Marc Arino
Dire le bonheur, ou la suspension momentanée du tragique dans l’œuvre tremblayenne

Myriam Kissel
Bonheur d’écrire-bonheur de lire : le miroir de Facebook. Le cas d’Agnès Martin-Lugand